Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ephéméride

<iframe width="320" height="460" src="http://www.france-pittoresque.com/spip.php?page=ephemeride" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Publié par Françoise

 

Des origines normandes

 

  Les origines géographiques de la famille sont concentrées dans le département du Calvados, plus précisément dans le Bessin, communes de Barbeville et Cussy dans le canton de Bayeux.

 

 

Transmission du matronyme en normandie

 

  MARIE est un matronyme, c’est à dire qu’il est transmis par la mère. Pourquoi MARIE DIT CHESNEL ? En 1807, l’aîeule la plus ancienne de la famille de la branche paternelle, Marie Gillette CHESNEL, née vers 1773 et décédée le 11 avril 1840, est mère célibataire et la coutume en Normandie à cette époque est de donner à l’enfant naturel le prénom de sa mère « Marie » comme nom auquel on ajoutait son patronyme « Chesnel » précédé de « dit » . Ce nom s’est transmis pendant trois générations. Albert déclara ses enfants sous le nom de MARIE. C’est ainsi qu’à partir de la quatrième génération, CHESNEL disparut complètement.

 

 

Trois communes différentes

 

 

MARIE_Albert_vers_1908.jpg

 

 

 Albert MARIE dit CHESNEL naît le vendredi 15 octobre 1869 à Barbeville. Son père, Jean est alors âgé de trente deux ans tandis que sa mère Adèle GOHIER a tout juste vingt cinq ans. Jean, journalier, déclare la naissance de son fils en présence de son frère Adolphe MARIE dit CHESNEL, 31 ans, tailleur d’habits qui vit à Barbeville. On attribue à l’enfant deux prénoms : Albert Désiré. Albert est leur troisième enfant.

 

 


COTTUN_eglise.JPG


C’est à Cottun que l’aîné, Arthur Ernest, voit le jour le 28 juillet 1864, sa mère est alors blanchisseuse.

 

 


CUSSY_eglise.JPG

 

 

En 1866, la famille habite Cussy, ville natale de Jean. Adèle y mettra au monde leur cadette, Marie Aimée Adèlele 7 février 1866. A cette époque Jean est encore cordonnier mais à la fin de cette année, il change de métier et devient journalier.
 

 

   

 

Les Marie-dit-Chesnel à Barbeville

 

Adolphe Gabriel MARIE DIT CHESNEL, un des oncles d’Albert est le premier à s’installer à Barbeville avec sa femme.Eglise_Saint_Martin.jpg Ils sont recensés en 1866 au Village de la Croix. Il est alors tailleur et son épouse prénommée Marie est regrattière. Ensuite son père Jean vient le rejoindre entre 1866 et 1869.
Adèle change souvent d’activité : après avoir été domestique, blanchisseuse, la voici femme de ménage en 1872 puis couturière en 1876.
En 1881, Arthur est parti de la maison, il a seize ans mais à onze ans il était journalier comme son père. Sa sœur Aimée est blanchisseuse elle est alors seulement âgée de quinze ans. Le 25 octobre 1883 Jean meurt à 46 ans. Albert n’a que 14 ans et Adèle devient donc veuve a 39 ans.
Le 8 octobre 1888 Marie épouse Jean CARUHEL, un breton natif des Côtes du Nord, palfrenier et illettré. Deux de ses oncles sont les témoins, Pierre MARIE DIT CHESNEL 53 ans, menuisier habitant à Vaucelles et Pierre EUDES 46 ans, demeurant à Cussy. Elle met au monde chez sa mère à Barbeville, le 27 août 1889, un fils qu’elle prénomme Albert, comme son frère.
Le couple est domicilié à Bayeux et six ans après leur mariage, Marie meurt le 15 avril 1894, chez sa mère alors à Barbeville, elle a vingt huit ans. Son mari est cocher et confie alors leur fils âgé de cinq ans à sa belle-mère Adèle qui l’élèvera.

Arthur , l’aîné, marié à Eléonore DONISCHAL, mourra à 36 ans, le 28 avril 1900 à Levallois-Perret avant la naissance de son fils Arthur qui lui aussi sera élevé par sa grand-mère Adèle à Barbeville.

   

1900_MARIE_Arthur_et_Madeleine_Eleonore.jpg

 

Engagé volontaire 

  

  En 1886, Albert a quitté Barbeville pour Paris et en 1888, on le retrouve 84 rue des Petits Champs dans le 2e arrondissement ; il est garçon de magasin. Le 28 mars 1888, il s’engage volontairement dans l’armée pour cinq ans, dans le 23e régiment territorial d’infanterie à la 13e Compagnie mais trois ans après, le 17 juin 1891 il passe dans la réserve de l’armée active et retourne à Barbeville près de sa mère où il est domestique.

 

 

Du Bessin à l'Ile de France

 

Albert et Augustine se marient le jeudi 25 février 1892 à Bayeux après avoir établi la veille un contrat de mariage chez Maître Maudelonde à Bayeux. Il est alors âgé de 22 ans, elle de 28 ans. Ils s’installent à Levallois-Perret, 61 rue Vallier ; Albert travaille aux Chemins de fer de l’Ouest et Augustine est couturière. Ils auront deux enfants :

MARIE_Andre_vers_1894.JPGMARIE_Germaine_vers_1896.jpg

André Louis Ernest né le 30 juillet 1893
Germaine Camille Caroline née le 24 février 1895.
 A la naissance de Germaine, ils sont toujours à Levallois-Perret mais au 19 rue des Arts ; Augustine ne travaille plus.

 

 

1900_MARIE_Andre_PIQUENARD_Augustine_et_MARIE_Germaine.JPG  

 

Le 26 août 1895, Albert est le témoin de sa mère, Adèle, qui se remarie à Barbeville avec Auguste JAMES. Il est tailleur de pierres et tous les deux ont cinquante ans.

En 1908, Albert et Augustine ont quitté Levallois Perret pour s’installer à Boulogne-Billancourt. Ils vivent quelques temps rue du Chemin vert puis en 1911, ils s'installent dans un pavillon situé au fond d’un petit chemin à gauche, au 221 bd de Strasbourg, qui deviendra ensuite bd Jean-Jaurès.

 

 

 1908_MARIE_Albert_en_famille.jpg

 

Albert meurt chez lui le jeudi 8 juillet 1915 à l’âge de 45 ans. Il était magasinier chez Renault. Augustine a 52 ans.

  

 1908_MARIE_Albert_chez_Renault.jpg

 

 

 

1914_HD_Paul.jpgMARIE_Germaine_1915.jpg

 


Germaine se marie avec Paul HEMERY-DUFOUR, elle a deux enfants qui naissent chez sa mère Augustine à Boulogne-Billancourt.
André, mon père, le 26 aôut 1916
Roger le 21 mars 1918.

 


André lui, se marie avec Germaine PILLON, leur fils unique Jacques, naîtra le 14 août 1925. Vers 1929, ils s’installent dans le pavillon Bd Jean Jaurès qu'Augustine laisse vacant en s'installant chez de sa fille et son gendre qui viennent de faire construire un pavillon à Malakoff au 91bis rue du fort, devenu maintenant 91ter rue Guy Moquet.

 


 

 

 

Commenter cet article