Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ephéméride

<iframe width="320" height="460" src="http://www.france-pittoresque.com/spip.php?page=ephemeride" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Publié par Françoise

Si à la saint Éloi tu brûles ton bois, tu auras froid pendant trois mois

 

2003-05-22 VISITE A CHAILLAC

Un grand nombre de mes ancêtres était maréchal-ferrant,  il a été présent dans chaque ville et dans chaque village. Sachant qu'il ferrait les chevaux, mais aussi les ânes et les boeufs de trait et que chaque village en comptait plusieurs centaines, on imagine que le métier était très developpé, essentiellement dans les régions de grandes cultures, mais aussi, plus tard, dans les villes avec l'avènement des diligences et autres omnibus.

Lors de notre visite à Chaillac chez les cousins de Michel, en 2003, le maréchal-ferrant est venu limer les sabots de leur âne.

Photo ci-contre

 

 

 

 

 

Origine

 

Le terme "Maréchal" qui vient de "Marhskalk" en ancien français désignait un domestique qui soignait les chevaux. "Shalk" : serviteur ; "marh" : responsable des chevaux. En effet le maréchal-ferrant avait aussi la fonction soigneur/vétérinaire.

 

 

L'enseigne

  bouquet servant d'enseigne

enseigne de maréchalie

 

Typique de ce métier, l'enseigne du maréchal-ferrant, telle une rosace, est souvent constituée de différents fers soudés ou assemblés en rond pour former ce qu'on appelle "le bouquet de saint Eloy".

 


Le travail

 

Le plus souvent, le ferrage s'effectue librement avec un animal docile. Pour les animaux plus difficiles, le maréchal-ferrant utilise le travail. Sans constituer réellement un outil, le travail , aussi appelé "travail à ferrer", est un bati dans lequel le cheval est entravé à l'aide de sangles.

 

Les outils

 

Le premier travail est d'enlever l'ancien fer. Pour cela le maréchal-ferrant utilise les tricoises, sortes de tenailles à long manche. Ensuite l'excédent de corne est enlevé avec le boutoir et le "rogne-pied", outils formés d'une lame, en s'aidant de la mailloche qui est le mateau typique du maréchal-ferrand (aussi appelé brochoir ou marteau à ferrer). Pour terminer le parage du sabot, le dessous est nettoyé avec la rainette et les côtés limés avec la rape.

 outils-de-marechal-ferrant.jpg
Pendant ce temps, le fer chauffait dans la forge ; il était à la bonne température lorsqu'il devenait d'un rouge soutenu. Le maréchal-ferrant l'ajuste alors sur le sabot, opération caractérisée par l'odeur de la corne brûlée. Au besoin, le fer est ajusté, puis, il est mis en place et broché avec des clous à tête carrée. Il fallait enfoncer les clous sans blesser le cheval. Les pointes des clous sont ensuite coupées et la partie restante replié dans le sabot. Un dernier coup de rape pour la finition...
Il fallait compter environ 20 minutes par fer. Quant l'ouvrage est terminé, le maréchal-ferrant regarde toujours le cheval partir pour s'assurer que le travail est correct.

 

 

 

Le ferrage des animaux de trait apparait aux Xème et XIème siècles. Dans les écuries royales du moyen-âge, le métier, à l'origine militaire, se transmet de génération en génération. Il donnera naissance au maréchal des logis de la cavalerie. Un écuyer du Roi donnait cette définition du métier : "Le parfait maréchal qui enseigne à connaître la beauté, la bonté et les défauts des chevaux, les causes et les signes de maladies, les moyens de les prévenir, le bon et le mauvais usage de la purgation et de la saignée, la ferrure sur les dessins des fers qui rétabliront les méchants pieds et conserveront les bons". Le terme de maréchal-ferrant n'est apparu qu'au XIIème siècle. Il avait l'exclusivité du soins des chevaux jusqu'à la création des écoles vétérinaires en 1825.

 

 

Saint-Eloi

 

"Maréchal de grande renommée, Eloy avait inscrit au-dessus de sa porte la devise : "Maître sur tous". Voulant lui donner une leçon de modestie, Jésus se présenta à lui sous les traits d'un apprenti.

Mis au défi par Eloi de ferrer mieux que lui-même, Jésus coupe la jambe du cheval et la serre dans un étau pour la "garnir à son aise" avant de la replacer miraculeusement.

Eloy, piqué essaie de l'imiter et n'arrive qu'à mutier le cheval. Comprenant alors qui est en face de lui, il s'agenouille et se repent de son orgueil.

  Saint-Eloi.jpg

 

Canonisé, Eloidevint le patron des maréchaux. On le fête le 1er décembre.

Ce jour-là, les compagnons maréchaux accrochaient un bouquet à la porte de la forge avant le lever du patron. Puis on bricolait, on expédiait un ouvrage pressant, mais on ne veillait pas. On quittait le travail vers quatre heures de l'après-midi, après avoir bien sonner l'enclume pour annoncer la fête et réunir les invités -patrons et clients- auxquels se joignaient parfois les bourreliers, les menuisiers et les charrons"

 

Dans notre département à Misy-surYonne (89) vous pouvez visiter un musée consacré à la maréchalerie dont voici l' URL

http://musee.marechalerie.free.fr/

 

Commenter cet article