Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Françoise

 carte ancienne   Touraine est la terre de ma grand-mère maternelle Elise Voyer, où ses ancêtres majoritairement vignerons étaient fixés à Nazelles en Indre et Loire devenu Nazelles-Négron après la réunion des deux communes, ils faisaient du vin blanc   oh ! pas le délicieux vouvray tout près mais une sorte de touraine-amboise assez sec avec un arrière goût de terre mais le plus ancien métier connu de mes ancêtres était meunier. Après Nazelles où ils sont restés jusqu'à la fin du 19e 

NAZELLES-Eglise-St-Pierre.jpg

siècle, ils se sont installés à quelques kilomètres à Reugny où ils ont acheté une ferme appartenant au château de La Vallière tout près. Cette ferme, "La Ruerie" toujours en activité, est restée dans la famille, c'est le frère de mon arriè
re-grand-père qui en a hérité et l'a transmis à sa fille, petite-fille et arrière-petit-fils.
   
  Touraine, terre d'équilibre et de mesure. Riche d'un passé prestigieux, elle fut Carte Localisation R%C3%A9gion France Centreplusieurs fois capitale : déjà, en 57 avant Jésus-Christ, lorsqu'elle portait le nom de CAESARODUNUM et qu'elle devint le centre de la "Troisième Lyonnaise" ; sous Louis XI à Plessis-lès-Tours, à l'époque où le roi réunifia la France ; en 1870, lorsque Gambetta fuyant Paris vint organiser la défense en province.
"Honte à qui n'admirerait pas ma joyeuse, ma belle, ma brave Touraine dont les sept vallées ruissellent d'eau et de vin". C'est en ces mots que Balzac traduit la pensée de ceux qui la connaissent.
 
Touraine, est aussi le sein dans lequel de grands hommes ont oeuvré : des médecins comme Velpeau, Bretonneau ou Trousseau ; des hommes de lettres, Rabelais, Ronsard, Descartes, Paul-Louis Courrier, Balzac, Anatole France, Georges Courteline... des artistes, Léonard de Vinci, Marx Ernst, Calder et tant d'autres.  
 
 Ancienne province de l'ouest de la France. dont la  capitale était Tours.
Limitée au nord par le Maine, à l'est par le Berry, au sud par le Poitou et à l'ouest par l'Anjou. Son nom et celui de sa captiale viennent de Pagus uronensis ou pays des Turones.
 
Les Turones furent soumis en 480 par les Wisigoths. Par la victoire de Vouillé en 507, Clovis fit basculer la région dans le domaine des Francs. Rattachée à la Neustrie, la Touraine formait un des comtés les plus importants. En 800 elle fut rattachée au royaume d'Aquitaine, puis en fut détachée par le traité de Thionville. C'est Geoffroy II Martel, comte d'Anjou, qui va hériter de la Touraine. Avec la dynastie Plantagenêt, la Touraine fait partie du domaine anglais, mais Philippe Auguste la confisque en 1203 à Jean-sans-Terre et la rattache à la Couronne. Le roi Jean l'érige en duché-pairie en 1360, en faveur de Philippe, son fils, qui deviendra plus tard duc de Bourgogne. Depuis cette date, la Touraine fut plusieurs fois donnée en apanage. François Ier, en 1545, l'érigea en grand gouvernement.
 
 
GEOGRAPHIE HISTORIQUE
 
 
Au moment de la création des départements, à l'automne 1789, c'est en vain que les Constituants cherchèrent des limites naturelles à la province de Touraine, dans leur souci de trouver un cadre aux nouvelles circonscriptions administratives du royaume de France. Pays ouvert, terre de contact, zone de confluence, la Touraine fournit cependant l'essentiel des paysages qui donnèrent naissance au département de l'Indre-et-Loire, elle comptait à l'époque 355 communautés ; elle en comprend aujourd'hui 277. Pour les neuf dixièmes environ, la nouvelle entité n'a guère changé depuis l'époque gauloise, elle demeurait tourangelle.
 
la Touraine se répartit dorénavant sur trois départements :

- L'Indre-et-Loire avait certes dû se dessaisir des pays de Montrichard et de la Brenne vieilles terres tourangelles aux confins de l'Orléanais et du Berry ; en échange, son autorité s'étendait sur les régions de Bourgueil et de Château-la-Vallière, prise à l'Anjou, sur le Richelais soustrait à la province du Poitou. Les paroisses d'Indre-et-Loire sont aujourd'hui du ressort de l'évêché de Tours, érigé sous l'Ancien régime en archevêché.

 

- Le Loir-et-Cher prend quelques zones du nord-est de la Touraine, souvent maintenant assimilées à l'Orléanais.

 

- L'Indre a incorporé le sud-est de la Touraine souvent assimilé au Bas-Berry.

     
 
 
VIE LOCALE ET MIGRATIONS
 
En Touraine, les patronymes sont de formation assez précoce : XI-XIIe siècle.
 
    NAZELLES-habitation-trogloditique.jpgLa région appartenait à un régime juridique de droit coutumier et suivait l'ancienne coutume de Touraine (rédigée en 1460 et réformée en 1559);
 
    L'habitat est uniformément de type groupé. Elle est riche en maisons excavées dans les blancs coteaux de Tuffeau, offrant des merveilles troglodytiques. Leurs habitants propriétaires du vide, peuvent agrandir les pièces à leur guise, à coup de pioche !
Je me souviens d'être allée chez mes cousins Brisset en 1956 dans leur maison à Neuillé le Lierre qui se prolongeait dans la falaise, on les appelait les cousins des "caves".
 
Capitale incontestée de la Touraine, l'influence de Tours comme foyer intellectuel et artistique était prépondérante dès le VIe siècle. Au XVe siècle, Louis XI introduisit l'industrie de la soie, qui assura pendant deux siècles la prospérité de la ville, ainsi que les imprimeries qui commençaient à y fleurir. Dans cette ville de drapiers, financiers, bourgeois, marchands à l'activité et au commerce denses, le calvinisme trouva au XVIe siècle de fervents adeptes parmi les artisans et les ouvriers tourangeaux, et Tours devint un centre actif de la Réforme ; la révocation de l'édit de Nantes, provoquant l'émigration de nombreux soyeux, porta à la ville un coup dont elle ne commença à se relever qu'au XIXe siècle avec les débuts du chemin de fer.
 
La Touraine, "jardin de la France", est essentiellement consacrée à la vigne au cultures fruitières, céréalières et maraîchères, à l'élevage. Mais ces activités ne permettent pas aujourd'hui de faire face aux demandes d'emplois des jeunes générations pour lesquelles la terre devient une ressource insuffisante : leur exode se fait au profit presque exclusif de Tours, qui demeure le pôle le plus actif de la région.
 
  Principales villes où ont vécu mes ancêtres :
 
- Amboise
- Château-Renault
- Civray-de-Touraine
- Mosnes
- Nazelles
- Neuillé-le-Lierre
- Pocé-sur-Cisse
- Reugny
- St-Ouen-les-Vignes 
 
 
 
 
 
 
à suivre....

Commenter cet article