Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Françoise

Origine du nom

Picquenard correspondrait à l'ancien français "piquenard" désignant un soldat armé d'une pique.

Variantes : piquenard, picnar, picnard

Lieux d'origine : Calvados, Manche, Orne, Finistère, Ile et Vilaine, Paris

Est classé au 22784ème rang des noms de famille en France.

     
    
 
    nullAugustine Alexandrine Caroline PIQUENARD porte dans mon ascendance le numéro sosa 27. Elle est née le lundi 25 mai 1863 à 3h du matin à Arganchy, petit village situé à 5 km au sud-ouest de Bayeux, dans le Calvados.
Son père Alexandre, journalier, a 39 ans ; sa mère Caroline Rosalie VIC a 23 ans.
 
    Augustine est leur premier enfant.
  
 
 
1863 - Nous sommes sous le second Empire depuis 1852.
- Loi autorisant les sociétés à responsabilité limitée.
- Fondation du Crédit- Lyonnais
- Cycle Beau de Rochas :  théorie du moteur à quatre  temps.
- Victor Hugo : Les Misérables
- Littré : Dictionnaire de la langue française.
 
UNE TRISTE ENFANCE
 
              Ses parents se sont mariés trois mois plus tôt, le jeudi 12 mars 1863 à Arganchy. Ils ont dix sept ans d’écart. Le frère de Caroline, Eugène Auguste VIC, est un des témoins. Il est journalier , âgé de 28 ans et est domicilié à Montmartin en Graignes, dans la Manche, où est née Caroline.
     Deux ans après la naissance d’Augustine, deux frères et une soeur viennent agrandir la famille.
  • Ernest Pierre est né le 5 juin 1865 à Saint Paul du Vernay,
  • Alexandre le 17 août 1868
  • Marie Félicia le 23 juin 1871, les deux derniers à Arganchy.

      A partir de là, toute une série d’évènements tragiques vont survenir.

      Tout d’abord, son père meurt  le lundi 6 novembre 1871 à l’âge de 47 ans. Augustine a huit ans, sa mère trente et un ans et quatre enfants à charge.
      Quinze jours plus tard, sa petite soeur disparait le 21 novembre, elle a cinq mois.
      Deux ans après, le samedi 20 décembre 1873, sa mère s’éteint à l’âge de 33 ans à l’Hôtel Dieu de Bayeux où elle était hospitalisée pour des diarrhées depuis le 16 octobre. Augustine a dix ans et devient orpheline avec deux petits frères de cinq et huit ans dont on ne sait pas ce qu’ils sont devenus ; peut-être ont-ils été eux aussi victimes de la même épidémie qui a emporté leurs parents et leur petite soeur.
           D’après ma grand-mère Germaine MARIE, Augustine aurait été placée à l’Assistance publique. Avant de se marier avec Albert MARIE DIT CHESNEL, elle a habité à Paris, 128 rue de Rivoli puis elle est revenue à Bayeux au 119 rue Saint Jean, où elle était domestique avant de se marier.
           Où a t-elle rencontré son futur époux ? Peut-être à Paris lorsqu’ils étaient voisins, dans le magasin où Albert MARIE travaillait ou bien dans leur Normandie natale ?
           Sur le contrat de mariage qu’ils ont fait établir, Augustine possède tout un mobilier comprenant un lit complet en acajou, une armoire à glace, une table de nuit, une table de toilette pour meubler une chambre et une table ronde en acajou, six chaises paillées, un buffet à porte pleines, vaisselle et verrerie pour la cuisine ainsi qu’un livret de la Caisse d’Epargne postale en plus de ses habits, linges et bijoux alors qu’Albert n’apporte que ses habits, linges et « hardes ». Sur le contrat de mariage il n’est pas précisé d’où venait ce patrimoine relativement important pour l’époque, étant donné le milieu dont elle était issue.
 
 
ALEXANDRE PIQUENARD
 
              Né le samedi 15 novembre 1823 à St Marcouf, le père d’Augustine est le sixième  enfant de François PIQUENARD journalier et de Marie Madeleine YON.
Il sera lui aussi journalier.
Il vit à St Marcouf jusqu’en 1836.
Le lundi 5 juin 1837, son père François PIQUENARD meurt à l'âge de 65 ans. Alexandre a 13 ans, sa mère 59 ans ; elle survivra douze ans à son mari. Le mardi 2 janvier 1849 elle meurt à l'âge de 70 ans. Alexandre a 25 ans.
De 1841 à 1846 il n’est plus à St Marcouf, il est probablement au service militaire
Il revient à St Marcouf pour épouser en première noce Marie Colombe TAILLEPIED, le 18 août 1848 malheureusement celle-ci meurt le 10 février 18­61 sans avoir eu d’enfant, après 13 ans de mariage.
              Alexandre reste seul jusqu’à son remariage avec Caroline qui est la fille de Jacques Auguste VIC, journalier et de Rose Flore BIARD.
Alexandre et Caroline ne savent pas écrire, puisqu’à son  mariage ils ont signé d'une croix.
 
LES ORIGINES SONT A L’EPINAY-TESSON
 
              Les ancêtres de la  famille PIQUENARD sont originaires de L’Epinay-Tesson.
Ce hameau a fusionné avec Cartigny pour constituer en 1826 Cartigny-L’Epinay, village de 1650 habitants, qui se situe à 25km environ à l’ouest de Bayeux et à 17 km au nord-est de St Lô.
En 1880, Cartigny l’Epinay comptait 507 habitants et dépendait du canton d’Isigny.  
 
                                                   
Jean PIQUENARD
 
              Nous remontons à 1739, date à laquelle un certain Jean PIQUENARD voit le jour. Il est le fils aîné d’André et Jeanne LAMY. Il aura deux frères et une soeur :
- Pierre (1742-1744)
- Catherine, mariée avec un journalier Jean SIMEON,tous deux domiciliés à Cerisy l’Abbaye.
- Claude François
 
              Le 2 mai 1757 sa mère meurt à l’Epinay-Tesson. Son père est déjà décédé.
         Jean se marie le 21 juillet 1760 avec Marie VICQ, fille de Denis et Jeanne CORBEL.
Sa soeur Catherine et son mari sont ses témoins.
Jean est cordier
 
     Ils auront sept enfants tous nés à L’Epinay-Tesson. Seul le quatrième moura en bas âge.

- Marie-Jeanne née et baptisée le 1.9.1761 ; sa marraine est sa grand-mère Jeanne CORBEL, son parrain est son oncle François VICQ

- Jean François né le 6 mai 1763. Il sera marchand et vivra à Bernesq.

- Catherine née 29 mars 1767
- François né le 30 décembre 1771, notre aïeul
- Antoine (1774- 1774)
- Etienne François né et baptisé le 13 janvier 1776. Marié à Bernesq le 8 février 803  avec Catherine Louise Françoise EUDELIN qui auront trois filles : Françoise, Aimée et Rosalie
- Gabriel né le 4 avril 1779. Cultivateur à Bernesq.
 
              Devenu veuf à une date encore inconnue, avec six enfants à élever, Jean se remarie le jeudi 8 août 1782 avec sa cousine Catherine ROGER. Ils obtiennent une dispense de consanguinité auprès de l’Evêque.
Il n’y a pas d’enfant connu.
                  Après la mort de sa seconde femme, il part s’installer auprès de son fils Gabriel à Bernesq. C’est là qu’il meurt le 20 décembre 1801, il a 62 ans.
 
 
François PIQUENARD
 
     François PIQUENARD, quatrième enfant de Jean et Marie VICQ est le père d’Alexandre. Il est donc né et baptisé le 30 décembre 1771. Ses parrain et marraine sont son frère Jean François et sa soeur Marie Jeanne qui ne savent pas signer.
              François est cultivateur et demeure à Cartigny quand il épouse le jeudi 6 mai 1802 à St Marcouf, Marie Madeleine YON, fille légitime de Jean, journalier et Anne JEHANNE. Il a 30 ans, elle a 23 ans.
              Ils auront six enfants : seule l’aînée naîtra  à Cartigny l’Epinay, les autres verront le jour à St Marcouf.
  • Anne née le 16 juin 1802 marié avec Pierre BUNEL, tailleur de pierres, le 2­.5.1829 à St Marcouf. Elle est couturière. N’ayant pas eu d’enfant, elle établit son testament en faveur de sa nièce Marie Julie, fille de son frère François, le 29 juillet 1873 auprès de Me    Besnard,  notaire à Versailles (78)
  • Jean François Baptiste (1805) Menuisier à Castillet.(?)
  • Une fille non prénommée (1809-1809)
  • Aimée (1813). Mariée (1831) avec Jean Pierre MARGUERITE. Domiciliée à Vierville Sur Mer, sur la côte.
  • François (1816-1892), marié (1841) avec Aimée Jeanne LE MIEUX. Journalier puis Cultivateur. Ils auront sept enfants tous nés à St Marcouf.
  • Aimée Prudence (1841-1876)
  • François Alexandre (1843)
  • Léonie Pauline (1845) a eu  deux filles naturelles prénom-mées Augustine (1868) et Léontine (1880)
  • Albert Edmond (1850)
  • Aurélie Clémence ( 1855),  marié à  Désiré BINET, un fils prénommé Edmond  (1876)
  • Marie Julie (1860)
  • Alexandre (1823-1871) mon aïeul.
 
 
 
             
 
 
 

Commenter cet article

BRUYANT 09/09/2016 23:53

Bonjour, Une branche de la famille de mon épouse est originaire de St Lo / Cavigny / Clouay... mais je pense originaire du hameau Picquenard à St Clair sur l'Elle, tout près dans la manche de Cartigny / L'Epinay. Il s'agit de Michel Picquenard (1694-1744) Sosa 96, père de Firmin (1740-1806) , père de Firmin (1798-1838) Meunier à St Lo, père de Firmin Francois Picquenard (1828-1904) qui fit souche à Paris. Cette branche est-elle proche de la votre ??
Bien cordialement

Nicole GAUTHIER 24/01/2017 00:38

Je suis tombée par hasard sur votre message. Je cherche des infos sur la descendance de Firmin François Picquenard, celui qui fit souche à Paris. 3 de ses fils et sa petite-fille Suzanne sont dans la base Leonore (dossiers de la Légion d'honneur). Ce Picquenard était notamment le père de Firmin François Célestin, dit Charles, qui fut directeur du travail de 1920 à 1936 et qui représenta la France au BIT. Dans l'attente d'un contact.

Buisson 14/09/2016 16:13

Bonjour,
Je n'ai pas trouvé de lien entre ma branche et la vôtre mais étant de la même région il y en a probablement un. Peut-être aurons nous un jour la découverte, alors le premier préviendra l'autre.
Bien cordialement.