Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Françoise

   "A la Sainte-Emeline, journée de bruine"                     

 

       Civray-de-Touraine est la commune des ancêtres d'une de mes aïeules. J'ai mis longtemps avant de découvrir les origines de Françoise Desnoués, grand-mère paternelle de ma grand-mère maternelle, elle portait le même prénom que moi mais je n'arrivais pas à localiser sa naissance. C'est à force de persévérence, et en recensant tous les Desnoués d'Indre et Loire que j'ai réussi à la trouver. Jusqu'alors mes recherches m'entrainaient que dans les communes autour d'Amboise et là c'est sur les bords du Cher que je me suis retrouvée.

  Aux AD, ils étaient tous là dans les registres à m'attendre depuis 1652 où Hély DESNOUX est né, il était le fils de Martin Desnoux né lui à La Croix en Touraine en 1625. J'ai fait leur connaissance et petit à petit j'ai reconstitué l'ascendance de mon ancêtre grâce aussi à tous les cousins qui avaient déposé leurs arbres sur geneanet et qui m'ont permis de compléter.

 

 ORIGINES

 

 Une des 16 communes du canton de BLERE

 Il existe en France trois autres communes portant le même nom :

  • CIVRAY sur ESVES au sud de l'Indre et Loire
  • CIVRAY dans le Cher
  • CIVRAY dans la Vienne     

Severiacum a peut-être pour origine un domaine gallo-romain devenu au VIème siècle propriété de St Germain évêque de Paris. La Severiacum Villa est en effet signalée par la vie de St Germain, rédigée vers 550 par le poête Venance Fortunat. Le village est ensuite noté dans les textes sous le nom de Syvrayo, Sivrayio de 1150 à 1207 pour devenir Sivraia, Sivria en 1253 dans les chartes de l'Abbaye de Villeloin, puis Syvrais, Syvrayow, Syvreio en 1300 et Sivray, Suivray en 1354, puis évolution vers un nom plus moderne Civray (1534), pour devenir Civray sur Cher et arriver au nom actuel de Civray-de-Touraine à partir de 1954. Son nom est probablement issu du latin si(e) VARIACUM, lieu forestier.



SITUATION

 Située à 30 km à l'est de TOURS, la commune de Civray-de-Touraine s'étend sur 2288 hectares à 54 m d'altitude, de part et d'autre du Cher, ce qui est une particularité unique dans le département d'Indre et Loire. Elle est aussi arrosée par le ruisseau du Petit Bois. Elle est traversée par la RN 76 de Nevers à Tours et par le chemin de Grande communication (CD 40) de Tours à Saint Aignan. Sept communes limitrophes : AMBOISE, SOUVIGNY de TOURAINE, CHENONCEAUX, FRANCUEIL, LUZILLE, BLERE et LA CROIX EN TOURAINE. 

 La population de 1523 habitants (recensement de 1999) est répartie entre trois principaux noyaux : le bourg et Mesvres au nord du Cher, Thoré au sud. S'y ajoutent quelques hameaux et fermes isolées.

Le territoire civraysien compte des paysages variés :

- au nord : une partie de la forêt d'AMBOISE qui culmine à 128 m,

sur les pentes descendant doucement vers la vallée du Cher : le vignoble (largement  classé en A.O.C. Touraine).

En fond de vallée les paysages de prairies et de peupleraies de la Varenne.

au sud : l'amorce du plateau de la Champeigne tourangelle avec ses grandes cultures.

 

HISTOIRE

 Autrefois, la commune était divisée en fiefs :

  • Boutemine, Baigneux, Maisons-Rouges, Mesvres, Les Ormeaux, La Bossurière, La Hardionnière, L'Isle, Les Fougères, Orge, La Guilberderie, Thoré, Vaux, Les Cartes, La Canardière, La Charolière, Roulerotte, Les Touches, Le Pin, Vaurenne, Le Port de Thoré, Bondion, La Chevrollière, La Pinsonnière, La Gourdiamerie, Le Petit-Bois.
  • Avant la Révolution, Civray était du ressort de  l'élection d'Amboise et faisait partie du doyenné d'Amboise et du Grand Archidiaconné de Tours.
  • Eglise-St-Germain-de-Civray-de-Touraine.jpgL'église de Civray est très ancienne, elle remonterait du temps de Saint-Germain, évêque de Paris donc de la moitié du sixième siècle, auquel elle a été dédiée. Les vestiges du baptistère ont été démolis au XIXème siècle. On peut cependant voir la nef et le transept (XIIème siècle), le choeur, la porte en arc brisé, les trois verrières représentent la vie de St Germain datant du XIIIème siècle. Le mur méridional dans lequel on a employé le petit appareil est une construction antérieur à l'an mil. L'ancien clocher qui s'élevait au milieu du transept a été détruit ; le clocher actuel a été bâti en 1861.

     La cuve du baptistère carolingien

D'origine gallo-romaine, cette cuve en poterie a un diamètre de 1,21m et une hauteur d'1,35m. Elle a été découverte au XIXème siècle à demi enterrée dans la partie nord du baptistère. Elle est aujourd'hui conservée au musée archéologique de Touraine à l'Hôtel Gouïn à TOURS.

PETIT PATRIMOINE 

 la fontaine Besnard
La commune possède plusieurs fontaines, lavoirs :

  • Fontaine Besnard, La Canardière,Vaux Mesvres, le plus souvent alimentées par des sources à l'eau très claire.Puits-aux-Cartes.jpg    
  •  Les puits couverts sont également nombreux :
  • Les Sablons, Les Cartes, La Chevrollière.

 


 

On peut enfin découvrir quelques loges de vigne (ou lubites).

 

Loge-de-vigne.jpg

   loge-de-vigne--les-Fougeres.jpg

 

 

                                 POPULATION

 

De 150 feux en 1687 et 165 feux en 1725, la population est passée à 835 en 1790, 1083 en 841 et 1197 en 1886. Puis le nombre d'habitants est lentement redescendu, ils n'étaient plus que 96 en 1911 et de 839 en 1936.

Depuis la dernière guerre, la population progresse de nouveau, 957 en 1962, 1037 en 1975, 1158 en 1982, soit une augmentation de 11,7 %

Au dernier recensement en 1999, on comptait 1523 civraysiens avec une densité de 19 habitants au km²

 

REGISTRES

  • Le plus ancien registre conservé aux archives départementales remonte à 1606 (en mauvais état)
  • De 1606 à 1612 on n'a  enregistré que les baptêmes, les mariages et les décès sont perdus.
  • De 1629 à 1631 il n'y a que les mariages et les décès
  • De 1632 à 1660 l'état civil est très incomplet.
  • Il est normal en 1661, (4 mois en 1662)
  • Il y a des lacunes jusqu'en 1670 inclus.

L'Etat Civil est complet depuis 1671


 

Commenter cet article